Cie Écart

Dancing Box

La Cie Ecart, installée dans le quartier du Breil à Nantes, poursuit ses actions culturelles de proximité en 2012-2013 avec un nouveau projet, Dancing Box.

L’idée de départ est de travailler sur la thématique de l’apparence, de l’image de soi et de celle que l’on renvoie, en partant du film « La Fièvre du Samedi Soir » ; le film étant un prétexte pour amener les habitants à aborder ces thèmes.

L’ensemble des actions a abouti à une restitution finale le samedi 23 novembre 2013 à Nantes. Il s’agit d’une grande boîte à danser où l’on peut retrouver sous forme de projections, d’images et d’actions en direct le fruit du travail mené pendant les deux années.

Le projet de création partagée « Dancing Box » est soutenu par la Ville de Nantes dans le cadre de la politique de proximité culturelle « L’Art en Partage », l’Agence nationale pour la cohésion sociale et l’égalité des chances (l’Acsé), l’Etat – Préfet de la région Pays de la Loire, le Conseil Général de Loire-Atlantique et la Fondation d’Entreprise du Crédit Mutuel LACO. La soirée de restitution finale s’est inscrite dans le cadre de la biennale de danse « Transcendanse » organisée par le Conseil Général de Loire-Atlantique et Musique et Danse en Loire-Atlantique.


Différentes actions ont été menées en direction des habitants du quartier:
– un flash mob : danser sur un air de la fièvre du samedi soir… Reprise collective de la scène de la boîte de nuit. Cette séquence avait pour vocation à être reprise en direct lors de la restitution finale. Les répétitions réunissent une trentaine de personnes, âgés de 13 à 70 ans

– une marche: travail de présence scénique sur des textes récoltés par Antoine BACZKOWSKI, doctorant en sociologie, lors d’entretiens individuels (30 personnes, âgées de 13 à 85 ans).

– un atelier chorégraphique: préparation d’un moment chorégraphique de 5 minutes sur une version country de « Staying Alive ». Festif et décalé, cet instant dansé a ponctué la soirée de restitution finale du projet. Cinq femmes âgées de 18 à 35 ans ont participé à cet atelier.

– un duo dansé: GIL a mené les répétitions d’un duo dansé sur la version a capella de « Staying Alive » entre un vieux gros et une jeune frêle.

– du slam: création avec un slameur d’un morceau sur l’apparence.

– un atelier chorale « Staying Alive » en français: reprise et adaptation par une chorale de la version française de « Staying Alive ».
par un groupe de 10 personnes âgées de 18 à 85 ans.

– un concours de « mobi-film » : intitulé « Mobile Dance », les jeunes de 14 à 18 ans ont concouru en envoyant une captation dansée sans montage et s’inscrivant dans une des catégories proposées. La création graphique de l’affiche a été réalisée par les 1ères années du BTS Communication du Lycée Carcouët.

– un vide dressing: « Revendez vos plus beaux habits qui restent au placard ! ». Deux possibilités : tenir un stand le jour J ou venir déposer les vêtements en amont lors des rendez-vous proposés, la Cie Ecart s’occupant ensuite de vendre les habits confiés.

– un atelier-discussion sur l’image: Antoine BACZKOWSKI, doctorant en sociologie, a échangé avec les habitants sur le thème de l’apparence, de l’image de soi pour récolter des mots. Trois personnes ont été interviewées lors d’entretiens individuels. Les mots enregistrés ont servi à la création sonore de la restitution finale.

– un court-métrage avec les Collégiens du Breil: Marc TETEDOIE a travaillé de septembre 2012 à mai 2013 avec la classe de 4ème2 du Collège du Breil sur l’image, à travers différents médiums : le geste, les arts plastiques, la vidéo et l’oralité. STEREOLUX a accompagné le projet en mettant à disposition un intervenant extérieur spécialiste en vidéo, Régis Noël, afin de réaliser le tournage et le montage du film. Le court-métrage, qui s’inspire du film « La fièvre du Samedi soir », a été intégré à la restitution finale du projet « DANCING BOX ».

– un atelier Silhouette au Centre Aéré du Breil. Les enfants ont fabriqué des silhouettes en carton à leur effigie en partant de postures « disco » à partir desquelles une gestuelle a été travaillée. Ceci a fait l’objet d’une captation vidéo (12 participants âgés de 7 à 10 ans).

– La BOX: la boîte rouge ou « BOX » est un lieu de collecte, de réceptacle : gestes, paroles, images, … Elle a pour vocation à voyager dans les deux quartiers. Posée lors d’événements ou dans le quotidien, cette boîte était présente lors de la restitution finale.

> Elle a été posée lors de la Journée du Patrimoine au Breil le 15 septembre : la Cie Ecart a ainsi amorcé le contact avec les habitants en invitant ceux-ci à se vêtir de leurs plus beaux atours. Nous avons proposé aux habitants de se faire prendre en photo dans leur plus beau look pour mettre en valeur le patrimoine vestimentaire (tenue de soirée, tenue de bal, tenue de mariage, costume cravate, smoking, parure, habit traditionnel, habit de lumière, boubou, djellaba, sari, kimono, kilt, robe de mariée, …..). La prise de la photo est une accroche pour inviter les participants à poser dans des attitudes inspirées du film « La Fièvre du samedi soir » : chaque participant a été photographié dans huit poses, créées par la Cie Ecart. Ces photos, mises bout à bout, formeront une petite danse « seventies ». Ceux qui le souhaitent ont ensuite été invités à entrer dans la boîte aménagée telle une discothèque (boule à facettes, stroboscope,…). Plusieurs chansons étaient proposées ; chaque personne choisissant le morceau de son choix pour danser 1 minute. Cette danse improvisée était filmée. Comme dans le film, la boîte de nuit est le lieu où l’on s’exprime par la danse, où l’on s’oublie,… 31 personnes âgées de 6 à 85 ans ont participé.

> Les 26, 27 et 28 novembre, la boîte a été implantée au Restaurant Club du Breil. Dans le cadre du Forum sur le changement de regard sur les personnes âgées intitulé « Regard’âges », il s’est agit de récolter des mots, des images : « La Première fois où j’ai dansé ». Les seniors ont été invités à parler de leur rapport à la danse dans la BOX. Du plus loin au plus proche, quelles sensations, quels souvenirs nous donne-t-elle?

> La BOX ressort une dernière fois avant la restitution finale et investit la Place du Commerce le 2 novembre 2013. Le promeneur est invité à entrer dans la boîte aménagée telle une discothèque (boule à facettes, stroboscope,…). Plusieurs chansons sont proposées ; chaque personne choisissant le morceau de son choix pour danser 1 minute. Cette danse improvisée est filmée. Comme dans le film, la boîte de nuit est le lieu où l’on s’exprime par la danse, où l’on s’oublie,… Un bus de la TAN est également présent : aménagé lui aussi en boîte de nuit, on a pu y danser collectivement après avoir expérimenté la danse seul dans la BOX. Sont aussi projetées les vidéos de ceux qui ont dansé dans la boîte auparavant…

– un défilé avec les anciens: Anne CLOUET de la Cie Ecart a accompagné la mise en place du défilé des anciens organisé dans le cadre du Festival « Regard’âges ». Nous avons récolté les tenues préférées des participantes, 11 femmes âgées de 60 à 88 ans. Ceux-ci ont accepté alors de les prêter pour un échange. Un partenariat a aussi été mis en place avec la marque de vêtements BURTON, qui a mis à notre disposition des robes. Anne CLOUET a travaillé sur la mise en place du défilé en musique et en paroles, la prise de l’espace, la démarche, … Il s’agissait de voir comment se réapproprier son corps, son image ; de prendre du plaisir à se montrer. Comment s’inscrire tranquillement dans un groupe et y trouver sa place ? La BOX a été installé également à cette occasion afin de servir de loges et de lieu pour changer de tenue.

– une conférence avec Sophie MARINOPOULOS de l’association « Les Pâtes au beurre » : la thématique de l’importance du Jeu dans le développement de l’enfant et de l’estime de soi a été abordée à la Maison de Quartier du Breil devant environ 80 personnes.

Next Post

Previous Post

© 2017 Cie Écart

Thème de Anders Norén